FR – Français – Parcours découverte – Toulouse – Lautrec

Le conservateur du musée Danièle Devynck vous guide

Grâce au legs consenti par les parents d’Henri de Toulouse-Lautrec, le musée réunit la collection publique la plus importante au monde de l’artiste. Tableaux, lithographies, dessins, études préparatoires dont l’ensemble des 31 affiches permettent une approche complète et documentée de l’artiste et illustrent de façon exemplaire chacune des facettes de son talent multiforme et novateur.

Historique des collections de Toulouse-Lautrec (2mns)

Les différentes périodes de peinture

Les collections de Toulouse-Lautrec ont été répertoriées selon différentes périodes : les œuvres de jeunesse, l’identification au Montmartre de Paris des années 1900, la fascination pour l’éternel sujet féminin, les qualités du coloriste ou l’innovation de l’affichiste.

Les œuvres de jeunesse

©Musée Toulouse-Lautrec – Albi – Tarn – 81 – Artilleur Sellant son Cheval – 1879 – Huile sur Toile

 

 

 

 

 

 

 

Thème privilégié, le cheval est évoqué à travers des scènes équestres, manœuvres militaires et attelages. Les sujets naturalistes sont servis par des portraits d’ouvriers agricoles, des toiles montrant chevaux à l’écurie et chevaux de trait.

L’identification au Montmartre fin de siècle

Bruant, Yvette Guilbert, La Goulue, Jane Avril, autant de vedettes qui ont fait vibrer les nuits montmartroises et parisiennes, immortalisées par Lautrec.

Yvette Guilbert – mTL162
©Musée Toulouse-Lautrec – Albi – Tarn – 81 – Yvette Guilbert – 1894 – Période de Montmartre

 

L’omniprésence du sujet humain dans son œuvre

Parmi les plus célèbres portraits du peintre figurent ceux de sa mère, mais aussi ceux de sa famille, d’acteurs ou d’actrices : les traits mélancoliques de la comtesse, la rayonnante beauté de l’ « Anglaise du Star », le charme de « la Modiste », la silhouette de Dihau sont restitués dans une vérité simplement humaine.

©Musée Toulouse-Lautrec – Albi – Tarn – 81- Les deux amies – 1894 – Période de Montmartre

La fascination pour l’éternel féminin

poussée jusqu’à l’extrême, jusqu’à l’univers de la maison close, qu’il observe avec curiosité et livre avec pudeur dans des œuvres fortes, comme le “Salon de la rue des Moulins”, “Les deux amies”, “Au lit”, ou “Femme qui tire son bas”.

©Musée Toulouse-Lautrec – Albi – Tarn  81 – Femme rousse vue de dos – 1891

L’arabesque nerveuse et élégante de son trait

jamais aussi évidente que sur les œuvres sur carton enlevées au bout du pinceau, « Femme de dos », « Rousse nu tête ».

Gabriel Tapié de Céleyran
©Musée  Toulouse-Lautrec – Albi – Tarn 81 – Le docteur Tapié de Céleyran – 1894

Les qualités du coloriste

illustrées par la somptuosité des couleurs vibrantes de ‘’l’Anglaise du Star’’, le clair-obscur de ‘’La Modiste’’, ou l’intensité des rouges et des verts du portrait de ‘’Gabriel Tapié de Céleyran’’.

©Musée Toulouse- Lautrec – Albi – Tarn 81 – Le Divan Japonais – Affiche

L’innovation de l’affichiste

Universellement connues, les 31 affiches produites par Lautrec et présentées à Albi le placent parmi les maîtres incontestés de l’affiche artistique publicitaire.

Démarrer le parcours découverte gratuit et libre

 

Pour démarrer cliquer sur l’image ou sur le titre qui précède, ensuite cliquer sur « articles anciens » en bas de page pour suivre le parcours découverte des œuvres.

©Musée Toulouse-Lautrec. Début du parcours découverte gratuit et libre – Artilleur Sellant son Cheval – mTL1

©Musée Toulouse-Lautrec, Textes et Photos. Copyright. Tous droits réservés.

©Digital culture / Coopaname . Conception, réalisation et adaptation multimédia. Copyright. Tous droits réservés.