Ambassadeurs - Aristide Bruant dans son cabaret - mTL a5

Aristide Bruant – 1892 – Toulouse Lautrec – mTL A5

Guide smartphone musée –  Ambassadeurs – Aristide Bruant – 1892 – Lithographie en couleurs – mTLa5

Ambassadeurs - Aristide Bruant dans son cabaret - mTL a5
©Musée Toulouse-Lautrec – Ambassadeurs. Aristide Bruant dans son cabaret – 1892 – Lithographie en couleurs

Si Bruant fut enthousiasmé par ses effigies, il dut, pour faire admettre l’affiche des ‘’Ambassadeurs’’, menacer son directeur
de ne pas se produire si, de chaque côté de la scène, n’étaient apposées deux affiches, et si Paris, n’en était pas couvert.
©Texte de Danièle Devynck, conservateur du musée Toulouse-Lautrec.

Aristide Bruant triomphe au Chat Noir

Aristide Bruant compose sa première chanson en 1862. Il vit entre Ménilmontant et  Montmartre puis est mobilisé en 1870. A la fin de la guerre, il étudie le langage et l’argot, compose quelques refrains. Soutenu par un chanteur, il triomphe alors dans les cafés-concert, notamment au Chat Noir, en 1881.

Comment réaliser une lithographie

Technique de la Lithographie

Inventée en 1876 à Münich par Aloÿs Senefelder, la lithographie est une technique d’impression fondée sur la répulsion réciproque de l’eau et des corps gras.  L’artiste exécute à l’envers un dessin avec une encre ou un crayon gras sur une pierre calcaire dont le grain naturel accroche le corps gras. La pierre est ensuite préparée pour procéder au tirage. Lavée avec une solution d’acide nitrique qui fixe le dessin, elle est enduite d’une couche de gomme arabique qui protège les parties destinées à rester blanches. Après avoir placé la pierre sur le chariot d’une presse à bras, le lithographe humidifie la pierre qui restera mouillée pendant tout le tirage et il l’encre à l’aide d’un rouleau qu’il passe sur toute la surface du dessin. Seules les parties grasses retiennent l’encre. La feuille de papier est ensuite posée délicatement sur la pierre. Au moyen d’une  manivelle, le chariot avance sur le râteau sans arrêt et sans à coup, pour éviter les flous.

Le chariot est ramené à son point de départ et l’artiste soulève délicatement l’épreuve que la pression a fait adhérer à la pierre. L’image imprimée est donc inversée par rapport à l’image dessinée. Le tirage est posé à plat et mis à sécher.

Lithographie en Couleurs

La lithographie en couleurs correspond à une superposition des zones colorées.

L’artiste utilise pour chaque couleur une pierre séparée. Après avoir cerné sur un papier calque les plages de couleur, il transfère celles-ci sur une pierre en procédant au repérage. Lorsque le dessin est achevé, chaque pierre est encrée de la couleur appropriée et tirée tour à tour sur la même feuille de papier. L’ordre de tirage doit être soigneusement choisi. Un repérage précis est nécessaire. Il est obtenu dans la plupart des cas par des trous d’épingles et des petits rectangles dessinés. La mise au point de la composition et sa mise en couleur passe par des épreuves d’essais ; lorsque celles-ci sont conservées, comme c’est souvent le cas chez Lautrec, elles permettent de comprendre l’évolution du travail et les différentes recherches.

Visionner un atelier de lithographie à Fréjus (3 mns)

©Musée Toulouse-Lautrec.  Textes et Photos. Copyright. Tous droits réservés.

©Digital Culture/Coopaname. Conception, Réalisation et Adaptation Multimédia. Copyright. Tous droits réservés.